Egine, la mer en partage …

Avant que n’émerge la puissance Athénienne, l’île d’Égine constituait l’une des plus grandes puissances navales de l’époque archaïque et classique dans l’archipel égéen (8ème siècle jusqu’au 5ème siècle av. J.-C). La façade maritime de la cité portuaire d’Égine, aujourd’hui en grande partie submergée, constitue le seul ensemble caractéristique des « ports fermés » qui soit bien conservé dans la Grèce antique.

Vue du port naval d’Egine et ses structures immergées © Ministère de la Culture Grec, EUA/ Aix-Marseille Université – CCJ – ARKAIA- MoMArch / EFA ; Photo J. Anbar (NKUA-AMU) 2022.

Le projet “Cité Portuaire d’Egine” (mer Égée, Grèce) étudie diachroniquement un ensemble exceptionnel d’installations portuaires et côtières datées du 6ème siècle av. J.-C. jusqu’à la fin de l’époque byzantine. En très bon état de conservation, ces structures immergées n’avaient jamais fait l’objet de recherches sous-marines systématiques. Premier programme collaboratif d’archéologie sous-marine d’une université française au sein de l’archipel égéen, le présent projet d’étude associe l’Éphorie des Antiquités sous-marines du Ministère de la culture grec avec le Centre Camille Jullian, l’Institut d’Archéologie Méditerranéenne ARKAIA d’Aix-Marseille Université et l’École française d’Athènes.

Située à une vingtaine de kilomètres  au sud-ouest d’Athènes dont elle était la grande rivale, la cité – État d’Egine a très tôt développé une activité commerciale intense implantant un réseau de comptoirs de l’Égypte à la mer Noire. Cet enrichissement se reflète dans des travaux d’installation portuaire colossaux, encore visibles aujourd’hui. Les vestiges de l’ancien port commercial étant couverts sous l’extension et la modernisation du port actuel, on distingue aujourd’hui les vestiges de l’ancien port naval. La baie de Kolona est toujours délimitée par ses deux brise-lames et du système de structures coniques submergées d’époque antique.

Les structures portuaires les mieux conservées comprennent le port militaire fortifié équipé de hangars à bateaux destinés à la flotte des Eginètes ainsi qu’un ensemble de défenses maritimes inédites dans le monde grec.

Fouille sous-marine à l’entrée du port naval © Ministère de la Culture Grec, EUA/ Aix-Marseille Université – CCJ – ARKAIA- MoMArch / EFA. Photo Jafar Anbar (NKUA-AMU) 2022

Vue du tour NO de la fortification portuaire. © Ministère de la Culture Grec, EUA/ Aix-Marseille Université – CCJ – ARKAIA- MoMArch / EFA. Photo Philippe Soubias (CNRS-CCJ) 2022

Le site immergé d’Egine est idéal pour la mise en place de nouvelles méthodes de prospections propres aux géosciences marines. Un investissement majeur du projet actuel est consacré à la formation des nouvelles générations d’archéologues. Grâce au soutien d’Arpamed, un total de 14 étudiants archéologues plongeurs de nationalités différentes (France, Belgique, Espagne, Malte, Croatie, Grèce, Ukraine, Syrie, Taiwan) ont participé à la mission 2022 . La fouille sous-marine de juillet s’est ainsi concentrée sur le chenal d’accès au port naval, entre les deux tours et les murs qui délimitent l’entrée au bassin portuaire (voir photos).

In fine, l’étude et la mise en valeur des vestiges durant les campagnes de fouilles permet d’envisager la création d’un parc archéologique sous-marin destiné au grand public.

Documentation topographique du tout NO du port naval © Ministère de la Culture Grec, EUA/ Aix-Marseille Université – CCJ – ARKAIA- MoMArch / EFA. Photo Philippe Soubias (CNRS-CCJ) 2022
Fouille sous-marine à l’entrée du port naval avec la participation des étudiants – Sondage archéologique – TR6. © Ministère de la Culture Grec, EUA/ Aix-Marseille Université – CCJ – ARKAIA- MoMArch / EFA. Photo Lionel Roux (CNRS-CCJ) 2022

La thalassocratie mise en place par Egine s’est par la suite confrontée à l’émergence de nouveaux acteurs régionaux : les Athéniens et les Perses. L’époque classique signe la fin de l’indépendance d’Egine qui se range du côté des Grecs lors des batailles de 480 av. J.-C. Trente navires éginètes sont alors envoyés à Salamine contre les Perses. Egine entre ensuite, par opposition systématique à Athènes, dans l’alliance spartiate. Après avoir conquis l’île aux alentours de 456 av. J.-C., les Athéniens humilièrent les Éginètes, contraints de rejoindre la ligue de Délos et de payer un tribut à Athènes. Dès lors, Egine rejoignit l’alliance athénienne d’une mer sans partage …

Pour en savoir plus :

Archéologie sous-marine et maritime à Egine | Arpamed

Placé sous l’égide de la Chaire UNESCO en Archéologie maritime et littorale attribuée à l’Université d’Aix Marseille, le projet Egine est réalisé en coopération avec trois partenaires locaux (Université de Patras, Université Nationale Kapodistrienne d’Athènes, Université de Péloponnèse) et deux internationaux : l’Université de Mainz (Allemagne) et l’Istituto Superiore per la Conservazione e il Restauro – Ministère de la Culture (Italie).

Voir le film de la campagne 2022 : https://www.youtube.com/watch?v=rcBXzxORAPE&t=83s