L’artisanat domestique en Crète: étude d’archéologie expérimentale

Haris Procopiou est spécialiste des techniques agricoles et artisanales dans le monde égéen durant l’âge du Bronze. Elle s’est intéressée à l’étude des sens et des émotions lors du processus de création grâce à des enquêtes ethnographiques (Grèce, Inde, Tunisie) et des campagnes d’archéologie expérimentale comme à Malia en Crète.

À l’aide des nouvelles technologies de reconstitution 3D, ses recherches visent à reconstituer l’environnement géométrique mais aussi visuel, olfactif, auditif et tactile d’une maisonnée de l’Age du Bronze. Et restituer ainsi, 3000 ans de vie quotidienne de la civilisation des Cyclades.

Vu de la visite du site de Malia. (c) EFA

Depuis la réalisation d’un objet artisanal jusqu’à la préparation des mets, des outils en pierre constituent l’équipement indispensable de la maisonnée et de l’atelier des agglomérations crétoises. Avec la crise sanitaire, nous nous sommes concentrés sur la reconstitution 3D de l’atelier de potier de Malia à partir des plans disponibles lors de la dernière mission de terrain.

Cette reconstitution s’est fondée sur toutes les données architecturales disponibles concernant le plan, les élévations et les ouvertures.

Par exemple, la texture (lisse ou rugueuse) et la couleur des enduits (clairs ou foncés) sont des paramètres qui influent de façon décisive sur la radiance des murs et la diffusion de la lumière. Nous avons ainsi pu proposer une reconstitution inédite sur les ambiances lumineuses dans les pièces selon les moments de la journée, en mesurant l’éclairement des lampes avec différents combustibles (huile d’olive et graisses animales).

Figures 1-2-3: Reconstitution 3D de la pièce VIII 5* de l’atelier de potier au crépuscule sans et avec lampadaires (1-2) et la nuit avec lampadaire (3) © H. PROCOPIOU avec la collaboration de Bastien Rueff (INHA).

Figure1. Crépuscule sans lampadaire.
Figure 2. Crépuscule avec lampadaire.
Figure 3. Nuit avec lampadaire.

L’étude de la répartition spatiale des outils et des traces d’usure a en effet permis de reconstituer les activités de types : tournage de la céramique, mouture des céréales, broyage des épices, concassage de matières minérales pour l’artisanat, taille et polissage de la pierre, aiguisage des couteaux en bronze.

Cette première étape de la reconstitution de l’espace vécu sera complétée, par l’introduction de différents sons des activités qui se sont déroulées dans les pièces

Les coups répétés de percuteurs en pierre, le grincement des meules, les frottements du polissage et de l’aiguisage, dévoilent des pièces bruyantes. Nous cherchons à reproduire expérimentalement ces activités et enregistrer les sons qu’elles génèrent. Ces derniers seront introduits dans la visite virtuelle 3D des sites archéologiques et des musées pour une expérience de visite plus réaliste.

Car derrière les outils, ce qui touche le visiteur ce sont les gestes des hommes et des femmes qui les ont conçus, fabriqués, utilisés… puis abandonnés dans l’espace bâti jusqu’à l’arrivée des archéologues.

Projet porté par Haris PROCOPIOU, en partenariat avec le CNRS.