×

Qui sommes-nous

Delphes, Rome, Alexandrie… Par ses interventions dans ces trois sites prestigieux comme dans des dizaines d’autres, l’archéologie française est présente dans tout le monde méditerranéen. Elle allie une prestigieuse tradition intellectuelle, l’usage de nouvelles technologies et les réflexions actuelles sur la pratique archéologique, développant un savoir-faire unique dans le monde de la recherche.

Un outil nouveau au service du patrimoine méditerranéen

Le travail à accomplir est immense pour connaître et préserver le patrimoine archéologique méditerranéen, en particulier dans des temps de conflits, de tensions, et de baisse des dotations publiques.

Le Fonds de dotation « Archéologie et Patrimoine en Méditerranée » s’engage à soutenir financièrement des projets qui, sans cette aide, ne pourraient être réalisés : fouilles archéologiques, ateliers de formations pour des étudiants, mobilité des chercheurs en archéologie, publications et toutes les entreprises qui permettent de protéger le patrimoine archéologique et de le mettre à disposition du plus grand nombre.

L’organisation

Le Fonds s’organise autour de trois éléments clés. Un conseil scientifique, constitué de huit universitaires de renom dont les compétences couvrent de manière très large le bassin méditerranéen. Il fonctionne en étroite collaboration avec un conseil d’administration, responsable des grandes orientations du fonds et de sa bonne gestion. Enfin, ARPAMED formalise des partenariats avec des institutions engagées dans la recherche archéologique en Méditerranée. Ces partenaires aident à la sélection des projets soumis au conseil scientifique et concourent à la promotion de son action.

Chaque opération financée par ARPAMED fait l’objet d’une convention spécifique permettant la bonne gestion financière de l’opération, le suivi des progrès scientifiques et de la mise en valeur du patrimoine.

 


Le Conseil d’administration

Grégoire Heuzé, Président

Grégoire Heuzé est associé-gérant de la banque Rothschild. Il est aussi titulaire d’une maîtrise d’histoire médiévale sur la Syrie Palestine. Passionné d’archéologie, il connaît bien de nombreux sites archéologiques méditerranéens, notamment en Grèce et au Proche Orient.

Ulrike Decoene

Ulrike Decoene est chargée de mission auprès du Directeur Général d’AXA après avoir occupé plusieurs postes liés à la communication et responsabilité d’entreprise au sein du Groupe, notamment la direction du Fonds AXA pour la Recherche. Ancienne élève de l’Ecole Normale Supérieure, elle est titulaires d’un DEA de littérature espagnole.

Benjamin Kanovitch

Benjamin Kanovitch est avocat, associé du cabinet Bredin Prat, spécialisé dans le domaine de la gouvernance d’entreprise et des opérations boursières. Benjamin a fait ses études en France et aux Etats-Unis. Il est passionné d’histoire et de politique.

Claire Sotinel

Claire Sotinel est professeur d’Histoire romaine à l’Université Paris Est Créteil. Elle préside le conseil scientifique.

 


Le Conseil scientifique

Claire Sotinel, Présidente

Agrégée d’Histoire et membre de l’École française de Rome (1990-1994), Claire Sotinel est professeur d’histoire romaine à l’Université Paris-Est Créteil et membre du Centre de Recherche en Histoire Européenne Comparée.

Après sa thèse sur la ville italienne d’Aquilée, elle continue à travailler sur les transformations du monde romain dans l’Antiquité tardive, en particulier en Italie et dans les régions adriatiques. Elle participe à la fouille du port fluvial d’Aquilée (École française de Rome – Université de Trieste) et à celle du palais impérial du Pincio à Rome (École française de Rome).

Membre du conseil scientifique des Rendez-vous de l’Histoire de Blois (2005-2016) et collaboratrice régulière du magazine L’Histoire, elle préside le conseil scientifique d’ARPAMED, dont elle est membre fondatrice.

Pour plus d’informations

Véronique Chankowski

Normalienne et agrégée de Lettres classiques, Véronique Chankowski est professeur d’histoire grecque à l’Université Lyon 2 et dirige le laboratoire Histoire et Sources des Mondes Antiques (UMR 5189) de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée.

Elle consacre sa thèse, publiée en 2008, sur l’administration du sanctuaire d’Apollon délien à l’époque classique. Spécialiste d’histoire économique grecque, elle s’intéresse à la finance, l’administration et les comptabilités dans le monde grec, et, plus particulièrement, au cas de Délos à l’époque classique et hellénistique.

Elle a dirigé la mission archéologique française de Pisistros en Bulgarie (Ministère des Affaires Etrangères-École française d’Athènes – 1997-2003) et a été directrice des Etudes à l’École française d’Athènes (2006-2009).

Pour plus d’informations

Grégoire Heuzé

Grégoire Heuzé est associé-gérant de la banque Rothschild. Il préside le Conseil d’administration d’ARPAMED qu’il représente au Conseil scientifique.

Emmanuel Laroze

Emmanuel Laroze est architecte DPLG et Ingénieur de Recherche au CNRS.

Spécialiste de l’étude du bâti et des techniques de construction antiques, il intègre en 1998 l’Institut Français du Proche Orient à Amman où il participe à l’étude du Temple de Zeus sur le site de Jerash.

Après avoir travaillé à l’Institut National de Recherche en Archéologie Préventive à Pantin (2002-2004) et participé à des missions archéologiques en Syrie (Ougarit et Shaara), il devient directeur de l’équipe du Centre Franco-Egyptien d’Etude des Temples de Karnak en Égypte (2005-2008).

Depuis son retour en métropole, il est rattaché au laboratoire Orient & Méditerranée (UMR 8167 du CNRS) où il collabore à différents projets, en particulier en Égypte, comme le temple d’Opet à Karnak (cour de la cachette, les colonnes de la salle hypostyle) ou encore la porte de Tibère à Médamoud.

Pour plus d’informations

 

Claude Pouzadoux

Normalienne et membre de l’École française de Rome, Claude Pouzadoux est maître de conférence à l’Université de Paris-Nanterre. Agrégée de Lettres Classiques, elle est spécialiste d’histoire et d’archéologie de la Grande-Grèce.

Elle dirige depuis 2011 le Centre Jean Bérard de Naples (USR 3133 CNRS/EFR) où elle conduit des recherches sur la diffusion de la culture grecque auprès des populations italiques, notamment à travers l’analyse des arts figurés et des mythes. Elle coordonne plusieurs programmes d’études sur la céramique italiote et participe avec l’université de Salerno à l’étude archéologique du site d’Arpi dans le nord des Pouilles. Au sein de projets collectifs, elle contribue à la promotion des connaissances sur les sociétés et les cultures de l’Italie antique par des publications et des films documentaires.

Pour plus d’informations

Francis Prost

Normalien et membre de l’Ecole française d’Athènes (1994-1998), Francis Prost est professeur d’Archéologie classique à l’Université Paris 1-Panthéon Sorbonne et directeur de l’équipe « Mondes grecs archaïques et classiques » (UMR 7041 ARSCAN).

Après sa thèse sur Délos et son sanctuaire héroïque de l’Archégésion, il travaille à la publication des sculptures déliennes archaïques. Il a également participé à la synthèse archéologique et historique du sanctuaire d’Apollon. Spécialiste de la culture matérielle et, plus particulièrement, de la sculpture et des images des cités entre le VIIe et Ve siècle av. J.-C., il a participé à des fouilles en Grèce tout en menant des recherches sur la cité carienne d’Euromos en Turquie.

Il est chargé de mission pour l’archéologie française métropolitaine et extra-métropolitaine à la Direction générale de la Recherche et de l’Innovation (Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche).

Pierre Rouillard

Agrégé d’histoire et membre de la Casa de Velázquez (1973-1976), Pierre Rouillard a été directeur de recherche au CNRS jusqu’en 2013. Il étudie dans sa thèse la céramique grecque, « objet » dans les collections de musées (Tours et Bourges) et « signe des échanges » entre le monde grec et la péninsule Ibérique.

Directeur de la Maison René-Ginouvès, Archéologie et Ethnologie à Nanterre (2000-2012), il est membre du comité de pilotage du Labex « Les passés dans le présent. Histoire, patrimoine, mémoire ». Il s’intéresse, entre autres, aux relations entretenues par les Ibères avec les Grecs et les Phéniciens ainsi qu’aux usages des vases grecs.

Son travail est fondé sur des fouilles de plusieurs sites de la province d’Alicante : la nécropole ibérique de Cabezo Lucero, l’habitat ibéro-phénicien de Guardamar del Segura et, actuellement, les carrières de pierre d’Elche.

Laurent Schneider

Docteur de l’Université d’Aix-Marseille, Laurent Schneider est directeur de recherche au CNRS et directeur d’études à l’École des Hautes Études en Sciences Sociales (pôle lyonnais).

Archéologue praticien, spécialiste de la France méditerranéenne depuis la fin de l’Antiquité jusqu’au cœur du Moyen Âge, il s’intéresse plus particulièrement aux périodes de transition.

Directeur de nombreuses fouilles, programmées et préventives en France méditerranéenne (abbaye Saint-Benoît d’Aniane, forteresses de Beaucaire et Cabrière, Roc de Pampelune), il a également participé à des missions archéologiques en Espagne, Italie, Syrie et Arménie. Directeur adjoint du Laboratoire d’Archéologie Médiévale Méditerranéenne d’Aix-en-Provence (2007-2012), il préside la section 32, « Mondes anciens et médiévaux » du CNRS.

Pour plus d’informations